Clinique de Marvejols et Hôpital de Mende : « J’accuse Alain Bertrand »

« J’accuse Alain Bertrand de vouloir casser la Clinique du Gévaudan à Marvejols. Je le fais d’autant plus aujourd’hui qu’il m’avait donné son accord en décembre dernier pour trouver une solution de complémentarité entre la Clinique de Marvejols et l’Hôpital de Mende. Or, depuis quelques semaines, il tire à boulets rouges sur la Clinique et sur le groupe mutualiste alors même que l’audit, qui a été rendu, fixe un cap et des objectifs. C’est un bon audit.

L’objectif d’Alain Bertrand est de s’attirer les bonnes grâces des 700 salariés de l’Hôpital en prévision des élections municipales de 2014. C’est un objectif de petite politique politicienne qui ne sert pas l’intérêt général.

Personnellement, je ne rentrerai pas dans ce système car il est impératif pour moi de sauver le pôle de Marvejols et le pôle de Mende et pour cela l’audit fixe des objectifs en rapprochant les statuts des trois établissement à savoir la Clinique du Gévaudan, l’Hôpital local de Marvejols et le Centre Hospitalier de Mende.

C’est une bonne orientation car la disparition d’un pôle entraînerait la fuite des patients lozériens vers Millau et St Flour. La fusion de l’Hôpital local de Marvejols et de la Clinique du Gévaudan est une première étape, le groupement de coopération une deuxième étape, et le rapprochement du pôle de Marvejols et du pôle de Mende une troisième étape.

Quant aux déficits, ils existent des deux cotés mais sont surmontables si le Ministère de la Santé arrête d’exiger des économies financières et donne des moyens aux territoires ruraux. Le Président de la République, François Hollande, lui-même, a souhaité un accès aux soins à moins de 30 minutes d’un domicile : la situation de la Lozère lui donne l’occasion de mettre en pratique ce principe.

La Lozère a besoin évidemment d’un grand pôle hospitalier à Mende et mais aussi d’une structure médicale de proximité à Marvejols le long de l’A 75. C’est mon objectif et j’y arriverai. Je veux également préciser que le groupe mutualiste est un groupe de solidarité et non un groupe privé lucratif.

Enfin, la chirurgie doit être organisée en complémentarité entre Mende et Marvejols. Tout ceci, l’audit commandité par l’ARS le dit alors mettons en œuvre cet audit.

Je demande à Alain Bertrand de revenir à la raison dans ce dossier. »

Laisser un commentaire