Pierre Morel-A-L’Huissier demande le transfert des réserves parlementaires aux préfets

15 février, 2014 à 9:31 Publié par

Classés dans :

PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER, Député de la Lozère demande la suppression des réserves parlementaires et souhaite redistribuer ces dotations financières aux préfets. Face aux aberrations du système des réserves parlementaires : des enveloppes inégalitaires selon les députés, l’opacité permanente du Sénat sur cette question qui n’entend dévoiler les réserves parlementaires qu’à partir du printemps 2014 soit après les municipales, l’incohérence de cette mission attribuée aux parlementaires qui votent le budget de l’Etat et ne devrait pas avoir à « octroyer de l’argent à leur circonscription d’élection »,  la possibilité pour le Ministère de l’Intérieur de bénéficier d’une enveloppe qu’il peut redistribuer aux communes de son choix sans avoir à le déclarer et à s’en justifier, PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER s’engage en faveur de la suppression de la réserve parlementaire. Comme ose le souligner PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER : « Il y a une véritable opacité concernant le choix de distribution, et nous sommes forcément accusés de favoritisme voire de clientélisme ». Pour ne plus être « taxés de souteneurs financiers et retrouver notre véritable mission de législateurs et de représentants de l’Etat », PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER souhaite que le budget des réserves parlementaires soit dorénavant attribué aux préfets de chaque département. D’après PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER : « Les parlementaires n’ont pas à distribuer de l’argent selon leur bon vouloir et aux personnes de leur choix. C’est au préfet que revient la mission de gérer et répartir les dotations et subventions de l’Etat à l’échelon local. Il est grand temps de remettre les choses en ordre et que chacun reprenne son rôle ! ». A cet égard, PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER souhaite qu’une enveloppe soit attribuée au préfet de chaque département, comme c’est le cas pour les dotations globales d’équipements (DETR), et que les parlementaires soient consultés quant à la répartition de cette réserve. Afin de mettre un terme à l’opacité de ce système, PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER déclare vouloir : «  Une transparence totale des tous les crédits publics alloués aux départements ». Déterminé, PIERRE MOREL-A-L’HUISSIER ajoute vouloir engager une démarche auprès de ses collègues : « Je vais écrire à tous mes collègues de l’UMP et de l’UDI pour aller dans ce sens, celui de la transparence ! »