Pierre Morel-A-L’Huissier : « il faut punir le délit de parjure et rendre inéligible à vie tout élu ou personne publique condamnée pénalement»

Compte tenu de l’actualité, le député de la Lozère, avocat, président du collectif ruralité, a déposé deux propositions de loi, l’une tendant à punir le délit de parjure et l’autre à imposer l’inéligibilité à vie pour toute autorité publique ou élu condamné pénalement. « Il faut sévir, il ne faut pas qu’une autre affaire similaire à l’affaire Cahuzac se reproduise. C’est trop néfaste pour la politique. Il faut anticiper et renforcer les règles de moralisation de la vie politique. J’ai déposé deux textes qui vont dans ce sens. Un premier introduisant le délit de parjure, en effet, au vu des derniers événements de l’actualité, il paraît nécessaire que certains propos mensongers émanant de personnes investies de certaines missions puissent être punis je propose par cinq ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende. Ma seconde proposition de loi prévoit que les personnes dépositaires de l’autorité publique ou chargées d’une mission de service public ou une personne investie d’un mandat électif public, qui se livreraient publiquement à des déclarations mensongères ne soient plus à même de se présenter à vie à des élections. Je considère que les personnes politiques doivent être irréprochables. C’est un sujet qui me tient à cœur.

J’ai auparavant déposé des propositions de loi qui instaure des règles plus strictes pour tendre à plus de rectitude dans la gestion des collectivités territoriales : une première qui limite les dépenses de communication des collectivités territoriales, une seconde qui tend à réformer la procédure d’examen de la gestion des collectivités locales par la Chambre Régionale des Comptes, une troisième qui institue une procédure de certification des comptes des collectivités de plus de 3500 habitants. La gestion publique doit être d’une transparence totale.

Laisser un commentaire