La situation économique et sociale de la France : « La France va mal »

28 mars, 2013 à 2:26 Publié par

Classés dans :

« La France va mal. Les Français sont gagnés par l’exaspération et le ras le bol devant le chômage qui bat des records historiques et devant le coût de la vie qui augmente sans cesse.

Il y a un an, la gauche toute entière brandissait le slogan du candidat HOLLANDE : « le changement, c’est maintenant ». L’euphorie de l’élection présidentielle s’est éteinte. Aujourd’hui, elle est confrontée à une réalité qu’elle est incapable de maîtriser et la grande majorité des Français éprouve le sentiment d’une tromperie et d’un reniement. Le Président de la République ne décide rien, s’en remettant à une hypothétique reprise de la croissance mondiale. Le gouvernement n’a pas de cap et multiplie les déclarations aussitôt démenties, donnant le sentiment de naviguer à vue. Les seules décisions prises provoquent la légitime colère de nos concitoyens : matraquage fiscal sans précédent, étranglement du pouvoir d’achat des classes moyennes et des retraités, multiplication des contraintes, des règlements et des normes. Les contrats d’avenir et les contrats de génération, déconnectés de la réalité économique, sont promis à l’échec. La gauche est désormais aux abois, comme en témoigne la répression inadmissible de la grande manifestation parisienne de dimanche dernier, qui traduisait la montée d’un profond mécontentement général à l’égard du gouvernement.

La France s’enfonce dans le marasme, du point de vue économique, social et moral. La période que nous vivons est propice à des expressions de révolte.

Le Président de la République, pressé de tous côtés, désavoué par l’opinion, va s’exprimer devant les Français. Pour dire quoi ? Qu’il maintient l’engagement de l’inversion de la courbe du chômage à la fin de cette année ? Personne ne lui accorde plus le moindre crédit. Que la crise est bien présente ? Les Français la vivent cruellement au quotidien.

Notre pays n’attend plus de promesses ni de paroles lénifiantes. C’est à un véritable big bang de la société que nous devons nous atteler sans tarder. Sans faux fuyants, sans valses hésitations, mais dans la clarté et dans le courage. »